Les cheveux à travers les civilisations, l'histoire et  la poésie

CIVILISATIONS

LA CULTURE INDIENNE

Avoir une belle coiffure, des cheveux éclatants, c'est un don des dieux. C'est certainement un des plus beaux attraits de l'élégance féminine.

LA CHEVELURE ET LA CULTURE INDIENNE


VUE DU CELEBRE TAJMHAL INDIEN


Dans le sud de l'Inde, au sein du temple de Tipuari, des milliers de femmes offrent chaque jour, ce qu'elles ont de plus précieux,  leur magnifique parure de cheveux, en guise d'offrande,  au dieu Vishnou, pour qu'il exhausse leurs voeux les plus chers.......



LA COIFFURE AFRICAINE DE LA PREHISTOIRE A NOS JOURS

tresses africaines
Une coiffure qui évolue au gré des époques et de leurs nécessités...

LA COIFFURE DANS L'EGYPTE ANCIENNE

tresses en cheveux naturels
Le site Africamaat explique l'origine "Nègre" des coiffures de l'Egypte ancienne. L'article proposé comporte des références bibliographiques avec illustrations à l'appui. 

LA COIFFURE AU MOYEN AGE

cheveux indiens
Magnifique blog merveilleusement illustré et documenté. Soyez curieux, allez voir, c'est vraiment très beau et instructif....

LA COIFFURE A PARTIR DU XIIème SIECLE

PERUQUES
Il s'agit du chapitre suivant toujours aussi bien réalisé et intéressant...
POESIE

NUIT RHENANE:

Le poète Guillaume Apollinaire, dans le reccueil "Alcools", à travers ces quelques vers décrit sa vision des femmes Rhénanes et parle de leurs cheveux avec le lyrisme que lui inspire les gens, les paysages et certainement les mythes et légendes que le rhin, fleuve majestueux, a fait naître au fil des siècles:


Nuit rhénane

Mon verre est plein d'un vin trembleur comme une flamme
Écoutez la chanson lente d'un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs
cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds

Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n'entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l'or des nuits tombe en tremblant s'y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux
cheveux verts qui incantent l'été

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire



Guillaume Apollinaire
(1880 - 1918)

LA JOLIE ROUSSE:

Guillaume Apollinaire a participé à l'effroyable guerre de 14-18, il en parle dans ce poème et se questionne sur le sens de la guerre, sur sa vie. Il dit que pour lui est venu le temps de la "raison ardente" qui revêt l'aspect "d'une adorable rousse". Est-ce l'amour qu'il appelle de ses voeux pour oublier les horreurs de la guerre, est-ce la mort, est-ce une nouvelle vie qu'il voudrait se construire ou serait bannies les atrocités de la guerre, ou peut-être recherche t'il l'échappatoire et l'oubli temporaire que procure la prise de quelques alcools forts ?


Me voici devant tous un homme plein de sens
Connaissant la vie et de la mort ce qu'un vivant peut connaître
Ayant éprouvé les douleurs et les joies de l'amour
Ayant su quelquefois imposer ses idées
Connaissant plusieurs langages
Ayant pas mal voyagé
Ayant vu la guerre dans l'Artillerie et l'Infanterie
Blessé à la tête trépané sous le chloroforme
Ayant perdu ses meilleurs amis dans l'effroyable lutte
Je sais d'ancien et de nouveau autant qu'un homme seul
pourrait des deux savoir
Et sans m'inquiéter aujourd'hui de cette guerre
Entre nous et pour nous mes amis
Je juge cette longue querelle de la tradition et de l'invention
De l'Ordre de l'Aventure
Vous dont la bouche est faite à l'image de celle de Dieu
Bouche qui est l'ordre même
Soyez indulgents quand vous nous comparez
A ceux qui furent la perfection de l'ordre
Nous qui quêtons partout l'aventure
Nous ne sommes pas vos ennemis
Nous voulons nous donner de vastes et d'étranges domaines
Où le mystère en fleurs s'offre à qui veut le cueillir
Il y a là des feux nouveaux des couleurs jamais vues
Mille phantasmes impondérables
Auxquels il faut donner de la réalité
Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Il y a aussi le temps qu'on peut chasser ou faire revenir
Pitié pour nous qui combattons toujours aux frontières
De l'illimité et de l'avenir
Pitié pour nos erreurs pitié pour nos péchés
Voici que vient l'été la saison violente
Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps
O Soleil c'est le temps de la raison ardente
Et j'attends
Pour la suivre toujours la forme noble et douce
Qu'elle prend afin que je l'aime seulement
Elle vient et m'attire ainsi qu'un fer l'aimant
Elle a l'aspect charmant
D'une adorable rousse
Ses
cheveux sont d'or on dirait
Un bel éclair qui durerait
Ou ces flammes qui se pavanent
Dans les roses-thé qui se fanent
Mais riez de moi
Hommes de partout surtout gens d'ici
Car il y a tant de choses que je n'ose vous dire
Tant de choses que vous ne me laisseriez pas dire
Ayez pitié de moi


Guillaume Apollinaire
,

[La Jolie Rousse]

TEXTE BIBLIQUE:

Extrait de la bible, scène pendant laquelle une femme essuie les pieds de Jésus avec ses cheveux.

Un Pharisien l'invita à manger avec lui ; il entra dans la maison du Pharisien et se mit à table.
Et voici une femme, qui dans la ville était une pécheresse.
Ayant appris qu'il était à table dans la maison du Pharisien, elle avait apporté un vase de parfum.
Et se plaçant par derrière, à ses pieds, tout en pleurs, elle se mit à lui arroser les pieds de ses larmes ;
et elle les essuyait avec ses
*!cheveux!*, les couvrait de baisers, les oignait de parfum.
A cette vue, le Pharisien qui l'avait convié se dit en lui-même :
"Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu'elle est : une pécheresse !"
Mais, prenant la parole, Jésus lui dit : "Simon, j'ai quelque chose à te dire"
"Parle, maître", répond-il.
"Un créancier avait deux débiteurs ; l'un devait 500 deniers, l'autre 50.
Comme ils n'avaient pas de quoi rembourser, il fit grâce à tous deux.
Lequel des deux l'en aimera le plus ?"
Simon répondit : "Celui-là, je pense, auquel il a fait grâce de plus." Il lui dit : "Tu as bien jugé."
Et, se tournant vers la femme : "Tu vois cette femme ? Dit-il à Simon.
Je suis entré dans ta maison, et tu ne m'as pas versé d'eau sur les pieds ;
elle, au contraire, m'a arrosé les pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses
*!cheveux!*.
Tu ne m'as pas donné de baiser ;
elle, au contraire, depuis que je suis entré, n'a cessé de me couvrir les pieds de baisers.
Tu n'as pas répandu d'huile sur ma tête ; elle, au contraire, a répandu du parfum sur mes pieds.
A cause de cela, je te le dis, ses péchés, ses nombreux péchés,
lui sont remis parce qu'elle a montré beaucoup d'amour. Mais celui à qui on remet peu montre peu d'amour."
Puis il dit à la femme : "Tes péchés sont remis."
Et ceux qui étaient à table avec lui se mirent à dire en eux-mêmes :
"Qui est-il celui-là qui va jusqu'à remettre les péchés ?"
Mais il dit à la femme : "Ta foi t'a sauvée ; va en paix."

LES REGRETS:

Joachim Du Bellay dans le poème intitulé Ces Cheveux d'or extrait du recueil "Les Regrets" commence par décrire le lien de sont attachement en parlant de la chevelure blonde de la dame comme de la corde qui retient son coeur envahi du sentiment amoureux......


Ces cheveux d'or sont les liens, Madame,
Dont fut premier ma liberté surprise
Amour la flamme autour du coeur éprise,
Ces yeux le trait qui me transperce l'âme.

Forts sont les noeuds, âpre et vive la flamme,
Le coup de main à tirer bien apprise,
Et toutefois j'aime, j'adore et prise
Ce qui m'étreint, qui me brûle et entame.

Pour briser donc, pour éteindre et guérir
Ce dur lien, cette ardeur, cette plaie,
Je ne quiers fer, liqueur, ni médecine

L'heur et plaisir que ce m'est de périr
De telle main ne permet que j'essaie
Glaive tranchant, ni froideur, ni racine.


Du Bellay
, Les Regrets

LES FLEURS DU MAL:

Magnifique poème de Charles BAUDELAIRE "La Chevelure" tiré des Fleurs du Mal, ou pour parler de la femme il en sublime la chevelure dans une poétique capiteuse aux nuances velours sombre.


Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure !
Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !
Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette
chevelure!*,
Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !

La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout un monde lointain, absent, presque défunt,
Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !
Comme d'autres esprits voguent sur la musique,
Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.

J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,
Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;
Fortes
*!tresses!*, soyez la houle qui m'enlève !
Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

Un port retentissant où mon âme peut boire
A grands flots le parfum, le son et la couleur ;
Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,
Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.

Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse
Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;
Et mon esprit subtil que le roulis caresse
Saura vous retrouver, ô féconde paresse,
Infinis bercements du loisir embaumé !

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,
Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;
Sur les bords duvetés de vos
*!mèches
tordues
Je m'enivre ardemment des senteurs confondues
De l'huile de coco, du musc et du goudron.

Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde
Sèmera le rubis, la perle et le saphir,
Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !
N'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde
Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?


Charles Baudelaire**, [Les Fleurs du Mal]

LA ROUSSOYANTE AURORE:


Quelques vers de Pierre de Ronsard, lui aussi joliment inspiré par la chevelure féminine. Il écrit : "la roussoyante Aurore".


De ses cheveux la roussoyante Aurore
Éparsement les Indes remplissait,
Et jà le ciel à longs traits rougissait
De maint émail qui le matin décore,

Quand elle vit la Nymphe que j'adore
Tresser son chef, dont l'or, qui jaunissait,
Du crêpe honneur du sien éblouissait,
Voire elle-même et tout le ciel encore.

Lors ses cheveux vergogneuse arracha,
Si qu'en pleurant sa face elle cacha,
Tant la beauté des beautés lui ennuie

Et ses soupirs parmi l'air se suivants,
Trois jours entiers enfantèrent des vents,
Sa honte un feu, et ses yeux une pluie.



Pierre de RONSARD

ELSA AU MIROIR:


Louis Aragon nourrit sa poésie de sa vie avec Elsa Triolet, sa femme. Elle coiffe ses cheveux devant son miroir tandis que se joue la tragédie de l'amour qui ne résisterait pas au temps qui passe, la seule beauté qui demeure n'est-pas celle du coeur ?


C'était au beau milieu de notre tragédie
Et pendant un long jour assise à son miroir
Elle peignait ses cheveux d'or je croyais voir
Ses patientes mains calmer un incendie
C'était au beau milieu de notre tragédie

Et pendant un long jour assise à son miroir
Elle peignait ses
cheveux d'or et j'aurais dit
C'était au beau milieu de notre tragédie
Qu'elle jouait un air de harpe sans y croire
Pendant tout ce long jour assise a son miroir

Elle peignait ses
cheveux d'or et j'aurais dit
Qu'elle martyrisait à plaisir sa mémoire
Pendant tout ce long jour assise à son miroir
A ranimer les fleurs sans fin de l'incendie
Sans dire ce qu'un autre à sa place aurait dit

Elle martyrisait à plaisir sa mémoire
C'était au bon milieu de notre tragédie
Le monde ressemblait à ce miroir maudit
Le peigne partageait les feux de cette moire
Et ces feux éclairaient des coins de ma mémoire

C'était au beau milieu de notre tragédie
Comme dans la semaine est assis le jeudi

Et pendant un long jour assise à sa mémoire
Elle voyait au loin mourir dans son miroir

Un à un les acteurs de notre tragédie
Et qui sont les meilleurs de ce monde maudit

Et vous savez leur noms sans que je leur aie dits
Et ce que signifient les flammes des longs soirs

Et ses
cheveux dorés quand elle vient s'asseoir
Et peigner sans rien dire un reflet d'incendie


Louis Aragon
, [Elsa au Miroir]


LA CHEVELURE:

Beau poème de Stéphane MALLARMÉ, sur la beauté de la chevelure féminine......:


La chevelure

La chevelure vol d'une flamme à l'extrême
Occident de désirs pour la tout déployer
Se pose (je dirais mourir un diadème)
Vers le front couronné son ancien foyer

Mais sans or soupirer que cette vive nue
L'ignition du feu toujours intérieur
Originellement la seule continue
Dans le joyau de l'oeil véridique ou rieur

Une nudité de héros tendre diffame
Celle qui ne mouvant astre ni feux au doigt
Rien qu'à simplifier avec gloire la femme
Accomplit par son chef fulgurante l'exploit

De semer de rubis le doute qu'elle écorche
Ainsi qu'une joyeuse et tutélaire torche.


Stéphane Mallarmé

LA COIFFURE

rajouts indiens
Toile de Pablo PICASSO


Retour à la page d'accueil

Copyright 2008. Tout droits réservés - Publication le mardi 5 décembre 2017HAIR MODE STAR - CHEVEUX NATURELS
15 rue Valdemaine - 49000 Angers
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Contactez l'auteur à hms@hairmodestar.com